12.1 C
Val-de-Travers
vendredi, janvier 22, 2021
- Publicité -

Dorénavant on peut aussi consommer en ligne et local pendant le Black Friday mais aussi toute l’année !

Une place du marché virtuelle mais avec des commerçants régionaux… voici en quelques mots ce que propose désormais vallon.info. Attachées à la région et à...
More

    SUIVEZ-NOUS

    COVID-19 : la Suisse peut commencer à vacciner les groupes à risque encore en décembre

    Swissmedic, l’autorité en matière de produits thérapeutiques, a autorisé le 19.12.2020 le premier vaccin contre le COVID-19 sur le marché suisse. Ce vaccin de Pfizer/BioNTech convient aux adultes et à partir de 16 ans. Les premières doses seront livrées en Suisse dans les prochains jours, entreposées par la Pharmacie de l’armée puis distribuées aux cantons. Ces derniers pourront ensuite commencer à vacciner les personnes vulnérables de manière ciblée. Puis, à partir du 4 janvier 2021, la vaccination des groupes à risque et d’autres groupes prioritaires commencera dans toute la Suisse.

    Le vaccin de Pfizer/BioNTech a reçu l’autorisation de Swissmedic. Compte tenu des données disponibles sur sa sécurité, son efficacité et sa qualité, il convient à tous les adultes sans restriction d’âge et dès l’âge de 16 ans. Les recommandations de vaccination détaillées de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) et de la Commission fédérale pour les vaccinations (CFV) seront publiées dans les jours à venir.

    Livraison et distribution aux cantons

    - Publicité -

    Le vaccin de Pfizer/BioNTech sera livré en Suisse en plusieurs étapes ; le premier lot comprendra environ 100 000 doses. Des livraisons plus importantes seront ensuite effectuées. Au total, la Confédération a commandé environ trois millions de doses à Pfizer/BioNTech.

    L’armée réceptionnera les vaccins, les entreposera à -70 °C dans ses installations protégées, puis les distribuera aux cantons. Cette livraison aura lieu peu avant le début de la vaccination. Les cantons pourront ensuite conserver le vaccin au maximum cinq jours, entre 2 et 8 °C (au réfrigérateur). 

    Les groupes à risque seront les premiers vaccinés

    Lors de la première phase, encore en décembre, les cantons pourront commencer progressivement et de façon ciblée les premières vaccinations de personnes vulnérables, par exemple dans les institutions de santé. À partir du 4 janvier 2021, la vaccination des groupes à risque conformément à la stratégie et aux recommandations de vaccination pourra commencer dans tous les cantons. Cela se fera progressivement. La plupart mettront en place des centres de vaccination et des équipes mobiles. Dans un premier temps, le travail de vaccination devrait s’effectuer principalement avec des équipes mobiles, compte tenu de la quantité encore limitée de vaccins qui sera disponible.

    La stratégie nationale de vaccination prévoit de vacciner en priorité les personnes vulnérables, c’est-à-dire les personnes âgées et celles présentant une maladie préexistante.

    Pourront ensuite être vaccinés le personnel de santé (deuxième priorité), puis celles et ceux qui vivent avec des personnes vulnérables (troisième priorité). Viendront ensuite, en quatrième priorité, les résidents et le personnel des institutions communautaires présentant un risque accru d’infections et de flambées (par exemple les institutions pour personnes handicapées). Chaque personne devra recevoir deux vaccinations, espacées d’environ trois semaines.

    Tous les autres adultes pourront se faire vacciner dès que suffisamment de doses seront disponibles. Les enfants et les femmes enceintes ne font pour l’instant pas partie des groupes-cibles de la stratégie, car les résultats d’études nécessaires ne sont pas encore disponibles pour ces groupes. 
    La vaccination ne sera pas obligatoire. Elle sera par ailleurs gratuite pour la population.

    Informations sur la vaccination

    - Publicité -

    La Confédération mise sur une information transparente et claire de la population. Pour cela, l’OFSP publie sur son site Internet des renseignements sur les différents vaccins, la protection offerte par la vaccination et l’état d’avancement des travaux. Une ligne téléphonique sera ouverte la semaine prochaine pour répondre aux questions de la population sur la vaccination. L’OFSP lancera dans le même temps une large campagne d’information. Les cantons fourniront de leur côté des informations concernant l’organisation de la vaccination sur leur territoire.

    Pour le personnel de santé qui réalisera les vaccinations, du matériel d’information et des listes de contrôle sont élaborés avec les représentants des cantons, les médecins et d’autres partenaires.

    D’autres vaccins en cours d’examen

    À ce jour, la Confédération a conclu des contrats pour un total d’environ 15 millions de doses, dont trois millions de doses du vaccin de Pfizer/BioNTech, 4,5 millions de celui de Moderna et jusqu’à 5,3 millions de celui d’AstraZeneca. Les vaccins de Moderna et d’AstraZeneca sont encore en train de suivre la procédure d’autorisation auprès de Swissmedic. Par ailleurs, la Confédération participe à l’initiative internationale COVAX, visant à permettre aux pays défavorisés économiquement d’accéder aux vaccins.

    - Publicité -

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Vous avez repéré une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée ou par e-mail.

    SUIVEZ-NOUS

    Dernières news

    Partenaires

    Newsletter

    Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire et soyez informé des dernières actualités.
    Reçois les news de Val-de-Travers dans ta boîte!

    Reçois les news de Val-de-Travers dans ta boîte!

    Rejoins-nous afin de recevoir une fois par semaine notre newsletter!

    Vous êtes inscrit!

    X
    X

    Rapport de faute d’orthographe

    Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :