12.1 C
Val-de-Travers
15 avril 2024
- Publicité -
- Publicité -

SUIVEZ-NOUS

Soins intensifs: 22% des heures pour les patients avec le COVID-19

- Publicité -
Image by Parentingupstream from Pixabay 

Près de 43 300 hospitalisations en 2021 ont concerné des personnes avec un diagnostic de COVID-19, un nombre en augmentation par rapport à 2020 (40 893). Sur les deux années 2020 et 2021, ces hospitalisations ont représenté 3% de l’ensemble des séjours, mais 22% des heures passées en soins intensifs. 11% des personnes hospitalisées avec ce diagnostic sont décédées à l’hôpital. Par ailleurs, de mars à décembre 2021, quelque 1400 personnes ont été hospitalisées avec un diagnostic d’effets indésirables de vaccins contre le COVID-19. Ce sont quelques-unes des données qui ressortent de la dernière publication de l’Office fédéral de la statistique (OFS).

La pandémie de COVID-19, qui a débuté en Suisse en février 2020, s’est poursuivie tout au long de l’année 2021. Au total, 84 186 hospitalisations avec un diagnostic de COVID-19 ont eu lieu au cours de ces deux années.

- Publicité -

Moitié des hospitalisations entre octobre 2020 et février 2021

Plus de la moitié des hospitalisations avec un diagnostic de COVID-19 sont intervenues entre octobre 2020 et février 2021, au plus fort de la deuxième vague de la pandémie, alors que 35% ont eu lieu au cours des trois vagues qui se sont succédées ensuite, entre mars et décembre 2021. Les hospitalisations avec COVID-19 au printemps 2020, lors de la première vague de la pandémie marquée par les mesures de semi-confinement, ne représentent finalement que 12% de toutes les hospitalisations en 2020 et 2021 recensées avec ce diagnostic.

- Publicité -

La moitié des personnes hospitalisées avec un diagnostic de COVID-19 avaient au moins 70 ans et les hommes étaient majoritaires (55,6%). Six fois sur dix, ce diagnostic était associé à une maladie de l’appareil respiratoire comme diagnostic principal de l’hospitalisation, le plus souvent une pneumonie. 

Plus d’un cinquième des heures en soins intensifs 

- Publicité -

Plus d’une hospitalisation sur huit (13%, 10 924 hospitalisations) avec un diagnostic de COVID-19 a exigé des soins intensifs. Les séjours en soins intensifs ont été très longs. La moitié ont duré plus de 153 heures, cinq fois plus que la durée médiane des séjours en soins intensifs en l’absence de diagnostic de COVID-19 (29 heures). Il en résulte que 22% des heures de soins intensifs prodigués dans les hôpitaux en 2020 et 2021 l’ont été à des personnes avec un diagnostic de COVID-19, alors qu’elles ne représentaient que 7% des patientes et des patients à en avoir bénéficié. Cette proportion a même dépassé les 50% lors des pics des deux premières vagues de la pandémie, d’abord entre la mi-mars et début avril 2020, ensuite à partir de mi-octobre 2020 jusqu’à début janvier 2021.

Un patient sur neuf avec le COVID-19 décédé à l’hôpital

Au cours des deux années 2020 et 2021, 8232 personnes hospitalisées avec un diagnostic de COVID-19 sont décédées à l’hôpital. Cela représente 11,3% des personnes hospitalisées avec ce diagnostic. Le taux de décès est deux fois plus élevé lorsque des soins intensifs ont été nécessaires (24,4%). La proportion de décès parmi ces personnes hospitalisées a été la plus élevée lors des deux premières vagues de la pandémie, où elle était légèrement inférieure à 13%. Pour les trois vagues suivantes, couvrant les mois de mars à décembre 2021, le taux de décès est inférieur, de 8,5% en moyenne.

Effets indésirables du vaccin: 1400 hospitalisations 

Des effets indésirables liés aux vaccins contre le COVID-19 ont été signalés pour quelque 1400 hospitalisations intervenues entre mars et décembre 2021. Plus de la moitié de ces séjours hospitaliers ont eu lieu entre avril et juillet, au plus fort de la période de la campagne de vaccination. Dans un quart des cas, le diagnostic principal posé correspondait à des symptômes de fièvre, à une altération de l’état général ou à des malaises. Dans un autre quart des cas, le diagnostic principal était une maladie de l’appareil circulatoire, comme les myocardites et péricardites, l’insuffisance cardiaque et l’infarctus. Les maladies de l’appareil circulatoire ont été la cause principale d’hospitalisation chez les personnes de moins de 50 ans présentant des effets secondaires indésirables de la vaccination, avec 37% des cas.

Vous avez repéré une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée ou par e-mail.

- Publicité -

Laisser un commentaire

Vous avez repéré une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée ou par e-mail.

Dernières news

PARTENAIRES

 

Newsletter

Soyez informé des dernières nouvelles à Val-de-Travers

- Publicité -
Reçois les news de Val-de-Travers dans ta boîte!

Reçois les news de Val-de-Travers dans ta boîte!

Rejoins-nous afin de recevoir une fois par semaine notre newsletter!

Vous êtes inscrit!

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :