12.1 C
Val-de-Travers
1 février 2023
- Publicité -

SUIVEZ-NOUS

- publicité -

Système de santé saturé: le Conseil d’État prend des mesures pour garantir la couverture des soins

Comme l’Europe et la Suisse, le canton de Neuchâtel est confronté à une saturation de son système de soins, qui affecte l’hôpital, les EMS et les organisations d’aide et de soins à domicile ainsi que les médecins de famille. Dans ce contexte, le Conseil d’État a adopté un arrêté urgent le 21 décembre 2022. Les Autorités sanitaires pourront ainsi faire appel aux ressources matérielles et humaines des acteurs du système de soins et, si nécessaire, les réquisitionner. Le Gouvernement entend ainsi assurer la capacité de prise en charge de tout patient nécessitant des soins. Cette mesure urgente et exceptionnelle a été décidée dans le contexte d’une triple épidémie de virus qui pèse lourdement, notamment sur le RHNe.

Le Réseau hospitalier neuchâtelois (RHNe) est confronté à une très forte surcharge, que les autres acteurs du système de soins, eux aussi très sollicités, ne peuvent alléger. Afin de préserver la couverture en soins stationnaires par l’établissement, le Conseil d’État a adopté un arrêté urgent mercredi 21 décembre 2022. Cette mesure exceptionnelle octroie la possibilité aux Autorités sanitaires de demander – voire de réquisitionner si nécessaire – des ressources matérielles et humaines aux différents acteurs du système de santé neuchâtelois. Ces derniers pourront également voir leurs examens ou actes médicaux non urgents limités ou suspendus. Cet arrêté permet en outre de solliciter des capacités d’accueil supplémentaires des EMS afin de libérer des lits hospitaliers, pour autant que l’infrastructure des institutions le permette. Enfin, le transfert de personnes – dont l’état de santé ne justifie plus une hospitalisation ou un court séjour en EMS – dans d’autres lieux plus adaptés pourra aussi être accéléré.

Une conjonction de facteurs défavorables
Comme toute l’Europe, la Suisse et le canton de Neuchâtel sont touchés de plein fouet par un contexte sanitaire de post-pandémie Covid extrêmement défavorable. À la pénurie de soignants et au manque de médecins de famille, ainsi qu’à l’épuisement généralisé du personnel de santé s’ajoute une triple épidémie de virus – Covid-19, grippe et bronchiolite -, qui impactent fortement les systèmes hospitaliers ainsi que les EMS. Les trois ans écoulés ont aussi conduit à des retards dans l’adaptation du système de soins, qui se ressentent désormais de façon marquée. Pour le canton de Neuchâtel, un facteur supplémentaire est à prendre en compte: sa structure démographique, avec notamment une proportion de personnes âgées de 80 ans et plus qui s’avère plus élevée que la moyenne suisse.

- Publicité -

La capacité en lits de RHNe fortement augmentée
Dans ce contexte, le RHNe a été contraint de reporter 42 opérations depuis cet automne, dont 30 au mois de décembre. Cependant afin de maintenir un dispositif à la hauteur de la demande, il doit procéder à près de 1500 remplacements de journées de travail par mois au sein de son personnel soignant. Ainsi, alors que son fonctionnement est prévu pour 330 lits, il compte actuellement 400 patient-e-s hospitalisés, dont 40 en raison de la Covid-19. Il est également confronté à une forte progression des pathologies hivernales ainsi qu’à l’arrivée de la grippe. En outre, 51 personnes âgées en attente de placement ou d’hébergement pour un court séjour en EMS sont hospitalisées alors que leur état de santé ne nécessite plus une prise en charge de soins aigus. De leur côté, les EMS neuchâtelois, saturés, doivent également faire face à d’importantes difficultés dans la gestion des dotations soignantes. Il en va de même de NOMAD, qui a dû limiter ses visites à domicile aux interventions indispensables. 

Un travail commencé en début de pandémie
Le nouvel arrêté du Conseil d’État fait suite aux autres mesures prises dès le début de la pandémie. Un dialogue permanent est mené par le Service cantonal de la santé publique (SCSP) avec tous les acteurs concernés afin d’identifier les besoins, d’allouer et de coordonner les ressources nécessaires et de réguler le système de soins. De plus, afin de les soutenir pour faire face à la situation de pandémie, les institutions de soins ont bénéficié de 65 millions de francs d’indemnités cantonales supplémentaires entre 2020 et 2021. Depuis ce printemps, le SCSP s’est également attelé à trouver des lits supplémentaires en EMS. Les travaux de la planification médico-sociale, en partie retardés ou ralentis durant la période de pandémie de Covid, ont également été relancés. S’ajoute la campagne lancée cet automne, en collaboration avec le délégué cantonal à la domiciliation, visant à attirer de nouveaux médecins de famille. 

Des mesures individuelles pour préserver le système sanitaire
Au-delà des mesures institutionnelles, la préservation de la capacité hospitalière du RHNe dépend également de mesures individuelles auxquelles chacun-e peut contribuer. Parmi celles-ci, la vaccination contre la grippe et la Covid-19 ainsi que les gestes barrières qui permettent de freiner la transmission des virus (grippe, bronchiolite et Covid-19, à nouveau en forte croissance). Actuellement, 40% des personnes âgées de 65 ans et plus éligibles à la vaccination ont bénéficié d’une dose de rappel contre la Covid-19. Or, cette catégorie de personnes est particulièrement sujette à des complications et, par conséquent, à une hospitalisation. Une analyse du SCSP a ainsi démontré que les personnes de plus de 65 ans qui avaient reçu au moins une dose de vaccin avaient deux fois moins de risque d’être infectées et quatre fois moins de risque d’être hospitalisées.

Les Autorités sanitaires rappellent que l’application de ces mesures permet par ailleurs à chaque personne de préserver sa propre santé et celle de ses proches. Elles invitent aussi l’ensemble de la population à faire appel prioritairement et dans toute la mesure du possible aux médecins de famille et aux numéros d’urgence (notamment la Centrale d’appel des médecins de garde ou le 144) avant de solliciter les urgences du RHNe. Elles en appellent également à la responsabilité des professionnels indépendants, dont l’absence prolongée durant la période de fêtes ne pourrait être suppléée systématiquement par les institutions de soins déjà saturées.

- Publicité -

Laisser un commentaire

Vous avez repéré une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée ou par e-mail.

SUIVEZ-NOUS

Dernières news

PARTENAIRES

 

Newsletter

Soyez informé des dernières nouvelles à Val-de-Travers

- Publicité -
Reçois les news de Val-de-Travers dans ta boîte!

Reçois les news de Val-de-Travers dans ta boîte!

Rejoins-nous afin de recevoir une fois par semaine notre newsletter!

Vous êtes inscrit!

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :