Image d’illustration

Les primes 2019 pour le Canton de Neuchâtel ont été communiquées aujourd’hui par l’OFSP. Elles vont augmenter pour les catégories des adultes et des enfants, afin de couvrir la hausse des coûts, mais également de compenser les diminutions opérées au profit des jeunes adultes, dont les primes s’inscrivent en forte baisse. Au niveau des dépenses à la charge de l’assurance obligatoire, le Conseil d’État s’inquiète de l’augmentation significative constatée dans le domaine ambulatoire, alors qu’il observe avec satisfaction une stabilité des coûts dans les différents domaines sur lesquels il dispose de compétences de planification. 

- Publicité -

En moyenne, la hausse des primes LAMal dans le Canton de Neuchâtel sera de 3,1%. Dans le détail, les primes de la catégorie adultes (dès 26 ans) augmenteront en moyenne de 4,4% et celles des enfants (0 à 18 ans) de 3,7%, tandis qu’une baisse significative de 17.2% est constatée au profit des jeunes adultes (19-25 ans).

Ainsi, pour les adultes, la prime moyenne s’élèvera à 415,20 francs, soit une progression de 17,60 francs par mois par rapport à 2018. La prime moyenne des jeunes adultes s’élève à 293,70 francs et marque un recul important de 60,90 francs par mois par rapport à 2018. Concernant les enfants, elle se fixe à 111,30 francs soit une progression de 4,00 francs par mois.

Les primes neuchâteloises restent légèrement inférieures aux primes moyennes romandes pour toutes les catégories d’assurés.

Une baisse consécutive à une modification de la LAMal

La diminution de la prime moyenne des jeunes adultes ressort de la mise en œuvre au 1er janvier 2019 d’une modification de la LAMal, dont l’objectif est de réduire la charge financière des familles.

Cette baisse des primes des jeunes adultes induit des pertes de recettes que les assureurs ont dû répercuter sur les primes des adultes et des enfants. Le Canton de Neuchâtel est particulièrement concerné par ce transfert de financement, puisqu’un assureur très solidement représenté dans le canton ne distinguait précédemment pas les primes adultes des primes jeunes adultes. Ainsi, les progressions des primes adultes et enfants, de même que la réduction des primes jeunes adultes, sont plus marquées à Neuchâtel que dans la plupart des autres cantons.

Mesures efficaces pour stabiliser les coûts

Concernant les coûts de santé à charge de l’assurance obligatoire des soins, qui ont une influence directe sur les primes, le Conseil d’État se réjouit de constater, sur la base des données et prévisions fournies récemment par les assureurs-maladie, que les prestataires du domaine stationnaire sur lesquels il dispose de moyens d’action (obligation de planifier selon la LAMal), en l’occurrence les hôpitaux stationnaires et les EMS, connaissent une stabilité de leurs coûts, voire même une légère baisse pour les premiers, grâce aux mesures déjà prises. Il n’entend d’ailleurs pas s’en satisfaire. Preuves en sont les dispositions adoptées par le Conseil d’État en début d’été 2018 pour renforcer la maîtrise des coûts comme l’introduction de quotas pour les hospitalisations hors canton par convenance personnelle, la définition d’une liste de quinze interventions qui devront désormais être réalisées en principe de manière ambulatoire et non plus stationnaire, de premières mesures améliorant la coordination des soins ainsi qu’une diminution du nombre de lits dans les EMS du canton.

Explosion des coûts dans le domaine ambulatoire

Ces bons résultats dans le domaine stationnaire sont malheureusement contrecarrés par une explosion des coûts dans plusieurs groupes de prestations du domaine ambulatoire sur lesquels l’État n’a malheureusement quasiment aucun moyen de contrôle. Par ailleurs, sur les six premiers mois de l’année 2018, le coût des prestations médicales fournies en cabinet à charge de l’assurance obligatoire des soins dans le Canton de Neuchâtel a continué d’augmenter alors que le tarif qui régit celles-ci, le TARMED, est sensiblement plus bas depuis le 1er janvier 2018. Ce constat conduit le Conseil d’État à réitérer son soutien au projet de révision de la LAMal adopté le 9 mai 2018 par le Conseil fédéral à l’intention du Parlement fédéral. Ce projet donne aux cantons des moyens propres à limiter l’admission des fournisseurs de prestations quand l’offre est excédentaire et, par voie de conséquence, les coûts. Le Conseil d’État invite le législateur fédéral à en faire de même.

Un changement de communication salué

La publication des primes 2019 signe un changement important, puisque l’OFSP a choisi de communiquer les primes moyennes effectives et non plus les primes ordinaires de base comme il le faisait auparavant. Le Conseil d’État salue ce changement, qu’il appelait de ses vœux depuis de nombreuses années. En effet, les primes moyennes que l’OFSP communiquait par le passé ne tenaient compte que des franchises et modèles dits de base, alors que seule une minorité de la population opte pour ces modèles (moins de 15% de la population dans le cas de Neuchâtel). Les primes moyennes publiées cette année tiennent compte des rabais octroyés aux personnes qui optent pour un modèle particulier (médecin de famille, réseau de soin, etc.) ainsi que pour une franchise à option et les chiffres communiqués cette année constituent donc un bien meilleur reflet de la réalité.

À noter qu’une conférence de presse sera organisée par le Département de l’économie et de l’action sociale sur le thème des subsides 2019 dans le courant du mois de novembre.

Le tableau complet des primes LAMal 2019 est disponible sur www.ne.ch/assurancemaladie, ainsi que des modèles de lettres de démission et d’admission ; ces documents peuvent aussi être obtenus sur demande auprès de l’office cantonal de l’assurance-maladie, tél. 032 889 66 30 ; courriel : [email protected].

LAISSER UNE RÉPONSE

Merci d'entrer votre commentaire!
Merci d'entrer votre nom ici

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.