Sécheresse 2019 et agriculture : des mesures cantonales proportionnées

0
159

La sécheresse produit ses effets sur toute la Suisse et touche particulièrement l’Arc jurassien. Elle nécessite des mesures proportionnées. Dans ce sens, les autorités cantonales ont décidé d’apporter leur appui, en offrant la possibilité de dérogations légales dans les pratiques agronomiques, ceci afin de soutenir à court terme les exploitations agricoles concernées. Plus durablement, le canton souligne sa volonté de voir encore s’étendre le réseau d’eau dans les régions de montagne.

Mesures à court terme
Dès à présent, le canton autorise la pâture des prairies extensives, peu intensives, des bordures tampons attenantes des haies ainsi que des prairies riveraines à l’exception des surfaces sous contrat LPN (Loi fédérale sur la protection de la nature et du paysage) afin de donner la possibilité de nourrir le bétail sans passer par des achats de fourrage onéreux. L’exploitant qui adopte cette mesure doit en informer le service de l’agriculture (SAGR) au préalable. 

De plus et si besoin pour les exploitations à l’année, l’achat exceptionnel de fourrages grossiers, pour pallier au manque de nourriture dû à la sécheresse, ne sera pas comptabilisé dans le Suisse-Bilanz de l’année PER 2019 (Prestations écologiques requises). Cette mesure est liée à une demande préalable avec autorisation du SAGR. 

Pour les exploitations d’estivage, il est dès maintenant autorisé de les approvisionner en fourrages grossiers (foin) pour pallier le manque dû à la mauvaise repousse de l’herbe et pour éviter ainsi la désalpe anticipée du bétail. Pour les exploitations d’estivage les plus fortement touchées par la sécheresse et devant procéder à une désalpe prématurée en raison du manque de fourrage, aucune pénalité financière ne sera appliquée en lien à la charge usuelle en bétail. 

La possibilité de surseoir au remboursement des annuités 2019 des crédits d’investissement sera donnée. Cette mesure permettra d’affecter au besoin les liquidités disponibles des entreprises agricoles à d’éventuels achats de fourrage et/ou transport d’eau. À noter que cette mesure est neutre au niveau des finances cantonales, le fonds des crédits étant approvisionné par la Confédération. 

Mesures à long terme
Vu le réchauffement climatique, les conditions caniculaires et de sécheresse sont malheureusement plus fréquentes. L’État de Neuchâtel poursuivra ainsi sa politique d’amélioration foncière, notamment en matière d’approvisionnement en eau des régions rurales via le réseau ou l’agrandissement de citernes. Concrètement, le Conseil d’État a soumis ce printemps au Grand Conseil une demande de crédit en matière d’améliorations structurelles permettant notamment d’étendre encore le réseau d’eau dans les montagnes neuchâteloises.

Vous avez repéré une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée ou par e-mail.

LAISSER UNE RÉPONSE

Merci d'entrer votre commentaire!
Merci d'entrer votre nom ici

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.