12.1 C
Val-de-Travers
16 octobre 2021
- Publicité -

SUIVEZ-NOUS

Budget 2022 de l’État : à l’épreuve de la crise sanitaire

Ecouter cet article

Malgré une crise sanitaire qui continue à peser lourdement sur les finances cantonales, le Conseil d’État présente un budget qui respecte formellement les contraintes du frein à l’endettement. Le budget 2022 présente un excédent de revenus de 10,3 millions de francs ainsi qu’une enveloppe d’investissements nets de 114,2 millions. L’impact financier de la Covid-19, estimé à 50,7 millions pour 2022, est entièrement compensé par un prélèvement équivalent à la réserve de politique conjoncturelle.

Dans la foulée des deux exercices précédents, le budget 2022 présenté par le Conseil d’État affiche un résultat positif de 10,3 millions de francs, conforme à l’exigence légale fixée par le frein à l’endettement. Ce résultat est atteint en partie grâce à des recettes fiscales moins obérées que dans le budget précédent et grâce à une meilleure maîtrise, voire à un recul des coûts dans plusieurs domaines. Le budget prévoit également une enveloppe d’investissements nets de 114,2 millions de francs, conforme aux critères du frein à l’endettement, soit un montant largement supérieur au dernier budget qui prévoyait des dépenses nettes à hauteur de 84,9 millions de francs.

- Publicité -

Cette année encore, le Conseil d’État parvient donc à respecter les objectifs fixés par le Grand Conseil en matière financière, à savoir présenter un budget équilibré tout en maintenant un volume d’investissement soutenu ainsi qu’un degré d’autofinancement adéquat. Les efforts consentis par les neuchâteloises et les neuchâtelois et par les différents secteurs de l’administration cantonale, et plus généralement les différentes mesures d’asssainissements prises ces dernières années, montrent aujourd’hui leur pertinence.

Effets de la Covid-19 entièrement compensés
Contrairement à ce qui avait prévalu lors de la présentation du budget 2021, l’impact financier de la crise et sanitaire est cette fois-ci intégré au budget soumis au Grand Conseil. En regard des dernières projections effectuées, le budget 2022 comprend donc des charges supplémentaires à hauteur de 8 millions de francs ainsi qu’une baisse des revenus fiscaux pour un montant de 42,7 millions de francs, soit un total de 50,7 millions de francs imputable à la crise de la Covid-19. Le Conseil d’État souhaite donc recourir, à l’instar du budget précédent, aux mécanismes d’amortissement des pics conjoncturels afin de proposer une compensation totale de ces effets. Un prélèvement à la réserve de politique conjoncturelle est donc inscrit au budget pour un montant équivalant à l’impact global estimé. Il nécessite toutefois une dérogation aux règles usuelles de prélèvement.

Pour la deuxième année consécutive, le Conseil d’État est donc en mesure de proposer un budget formellement conforme aux limites du frein à l’endettement malgré les coûts importants engendrés par la crise économique et sanitaire. Il se réjouit ainsi de voir l’État en capacité de jouer pleinement son rôle essentiel dans le soutien au tissu économique et à la cohésion sociale du canton dans une période qui reste difficile.

Efforts supplémentaires nécessaires
Le plan financier et des tâches pour les exercices 2023 – 2025, qui affiche un déficit évoluant entre 68,8 et 144,2 millions de francs, illustre toutefois les nombreux défis qui devront nécessairement être relevés ces prochaines années afin de parvenir à stabiliser dans la durée la structure financière de l’État après le retour à l’équilibre atteint en 2020. Des réformes structurelles ainsi qu’une gestion rigoureuse restent donc indispensables pour confirmer le redressement des finances. Le Conseil d’État définira le cadre utile au maintien de cet équilibre dans le cadre de son programme de législature et du plan financier qui l’accompagnera.

Endettement et marché des capitaux
Les conséquences de la pandémie sur les finances cantonales et les ambitions affichées en matière d’investissement auront un impact marqué sur l’évolution de la dette qui, selon les hypothèses retenues, pourrait augmenter d’environ 200 millions de francs en 2022. Le Conseil d’Etat poursuivra les efforts de ces dernières années pour contenir l’évolution de la dette, conclure des emprunts à des conditions attractives et limiter l’impact de la dette sur la charge d’intérêts.

- Publicité -

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous avez repéré une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée ou par e-mail.

SUIVEZ-NOUS

Dernières news

PARTENAIRES

 

Newsletter

Soyez informé des dernières nouvelles à Val-de-Travers

Reçois les news de Val-de-Travers dans ta boîte!

Reçois les news de Val-de-Travers dans ta boîte!

Rejoins-nous afin de recevoir une fois par semaine notre newsletter!

Vous êtes inscrit!

X
X

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :